ERP en mode SaaS : quelques idées reçues

L’ERP en mode SaaS peut sembler être le choix naturel pour les entreprises. En effet, plus accessible et plus simple à mettre en place à maintenir, une telle configuration offre de réels avantages en termes de flexibilité et de performance. Mais de nombreuses entreprises restent sceptiques. Pour cause, de nombreuses idées reçues circulent autour du Cloud Computing et du SaaS (Software as a Service). Voici certaines des idées reçues les plus répandues et qu’il serait grand temps de clarifier.

L’entreprise perd le contrôle de son ERP en mode SaaS

Cette idée reçue est très courante. Pourtant, rien de moins vrai. Même si les applications et les données ne sont plus hébergées au sein de l'entreprise, celle-ci continue d’avoir accès à toutes les options de personnalisation (profils d'utilisateurs, interfaces, modules et fonctionnalités, autorisations d’accès, etc). La seule différence, c’est que l’entreprise n’est plus contrainte à une maintenance lourde comme c’est le cas pour une solution on-premise, ce qui signifie qu’elle gagne en souplesse et peut plus facilement entreprendre les modifications nécessaires dans sa solution via une plateforme ergonomique et facile d’usage.

Le Cloud Computing menace la sécurité des données

La protection des données est un enjeu majeur pour les entreprises. Consistant à héberger des données sur des services distant, le Cloud Computing peut provoquer la réticence de certains managers. D’autant plus que l’information est devenue un atout concurrentiel décisif pour les entreprises et que les cyberattaques se multiplient de plus en plus. Mais en vérité, quel que soit le mode d’hébergement, les ERP présentent un risque de brèche de sécurité vu la nature de leurs fonctions. L’ERP dans le nuage ne présente pas de risque plus élevé que les solutions on-premise. Pour les PME, on pourrait même avancer que le recours au Cloud permet d’assurer un meilleur niveau de sécurité, une étanchéité des bases de données qui est difficilement atteignable pour les plus petites structures.

L’ERP en mode SaaS coûte plus cher que les solutions on-premise

Il est certain que l’ERP est un projet transformateur pour l’entreprise, un investissement important en argent et en temps. Mais rien ne présume que l’ERP en mode SaaS serait plus coûteux. En particulier lorsqu’on considère le prix total des solutions on-premise, ce qui inclut le coût d’hébergement, de mise à jour, de dépannage des serveurs et autres ressources internes nécessaires au bon fonctionnement d’une telle solution. Dans cette perspective, l’ERP SaaS, plus facile à mettre en place et à maintenir, est relativement au mieux moins coûteux, au pire de prix identique aux solutions classiques.

L’ERP SaaS ne nécessite aucun déploiement...

L’ERP en mode SaaS est moins lourd à mettre en place. Mais cela ne signifie en rien que l'on peut se passer d’une phase de déploiement. Certes, le volet technique est nettement réduit. Mais une phase de paramétrage reste nécessaire pour le lancement d’une nouvelle solution ERP.

… et dispense d’un département IT

Encore une fois, la facilité de mise en place et de maintenance de l’ERP SaaS peut laisser penser qu’il n’y aura plus besoin d’une intervention IT. Or l’intervention d’experts IT, en interne ou via un prestataire, reste nécessaire. Les tâches de nature techniques sont certes réduites, mais d’autres interventions demeurent vitales. C’est en effet au responsable IT de formuler la stratégie de déploiement, d’assurer la conduite du changement, d’accompagner les utilisateurs, d’assurer la maintenance et de vérifier la conformité avec la réglementation en matière de protection des données.

Pégase EXPERT accompagne les entreprises de différents secteurs dans la mise en place de l’ERP Divalto Infinity en mode SaaS pour gagner en flexibilité et en performance. Au Maroc, en Algérie, en France, en Réunion ou aux Caraïbes (Guadeloupe et Martinique), nous sommes à proximité pour vous accompagner dans votre processus de transformation numérique.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.