L’Algérie face à la crise sanitaire : quel plan pour redynamiser votre activité ?

Dans une Algérie en plein crise du Coronavirus, l’économie, déjà fragilisée, est plus que jamais précaire. Pour redresser l’économie algérienne, des mesures doivent être prises de façon urgente et pertinente, pour éviter une complète récession dans le pays. Depuis quelques mois, les débats se multiplient et plusieurs annonces ont été faites quant à la direction à prendre pour redynamiser l’économie du pays. Dans cet article, nous vous présentons quelques point clés pour y voir plus clair ainsi qu’un plan de reprise de l’activité pour les entreprises algériennes.

L’économie algérienne face au Covid-19 : un premier bilan

L’économie algérienne a connu quelques remous ces dernières années, notamment avec la chute libre des prix du pétrole en 2014. Avec le contexte de pandémie, la situation est d’autant plus complexe. En effet, la crise sanitaire a eu des effets réels sur les entreprises et le marché du travail, en plus de mettre en lumière des défaillances pré-existantes. Les entreprises ont été affectées par le ralentissement de l’activité avec le confinement, en particulier les PME et TPE qui constituent l’essentiel du tissu économique algérien. L’augmentation des charges au même temps que la baisse des chiffres d’affaires a eu un impact très fort sur des entreprises déjà fragilisées. Dans une étude menée en avril 2020 par le cabinet de conseils Business Academy Evidencia, l’on constate déjà que les PME-TPE étaient les plus touchées par la crise sanitaire. En effet, 2% de ces entreprises ont licencié au moins la moitié de leurs salariés et connu une baisse de 60% de leur chiffre d’affaires. Plus récemment, le think tank Nabni estime qu’en plus de l’annulation des commandes antérieures, les PME ont vu la demande sur leurs produits baisser de 30 à 70% selon les secteurs. C’est en particulier le cas pour les secteurs du transport, de la restauration, des agences de voyages et de l’hôtellerie.

Faire face à la crise monétaire

Le cumul de la chute des revenus pétroliers et de la crise sanitaire a également causé une forte baisse du niveau des liquidités bancaires, les banques ne pouvant plus répondre à toutes les demandes. Cette situation s’est aggravée durant l’été, avec la décision de plusieurs agences bancaires de plafonner les retraits de billets. Dès lors, l’idée d’une relance post-Covid apparaît complexe à mettre en place quand on sait l’importance des liquidités dans tout projet de dynamisation de l’économie. Heureusement, les autorités ont décidé de faire face à ce déficit : la Banque centrale algérienne a ramené le taux de réserve obligatoire de 6 % à 3 %, afin de libérer plus de liquidité sur le marché monétaire.

Restriction des importations

Devant une situation économique précaire, les autorités ont décidé de restreindre certaines importations, à savoir les importations d'automobiles, et ce pour toutes les marques. Mais cette situation n’est que temporaire. Invité ce dimanche 11 octobre par la Radio nationale, le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham, a parlé d’un gel momentané des importations automobiles, le temps que l’économie nationale se remette sur pieds : « Nous n’avons pas annulé la loi parce que nous aspirons, dans un proche avenir, à trouver des solutions raisonnables pour tout le monde. Grâce à des réformes financières et économiques, en éliminant le double prix en monnaie et en éliminant le marché parallèle. » Pour combien de temps ? Au moins, trois ou quatre années selon le ministre. Ce n’est donc pas pour demain. Néanmoins, les importations pourront continuer pour d’autres secteurs.

Le soutien gouvernemental aux entreprises algériennes

Les PME sont créatrices d’emploi et de croissance économique, elles sont au coeur de la croissance économique de l’Algérie : les soutenir, c’est agir pour le développement de tout le pays. Si les entreprises ont été fortement touchées par la crise sanitaire, elles ont aussi fait l’objet de nombreuses mesures d’aide à la reprise d’activité. Le rapport exposé par le Ministre des finances en juillet 2020 détaille toutes les mesures qui seront prises par le gouvernement pour venir en aide aux entreprises algériennes. Actuellement, le document est encore au stade de proposition et il faut encore patienter avant de savoir quelles mesures seront concrétisées. En attendant, voici les principales motions présentées par le conseil interministériel :

Accès aux fonds

Le manque de liquidité et les restrictions mises en place par les banque ont créé de grandes difficultés de financement chez les entreprises. Le gouvernement entend mettre en place des mesures pour faciliter l’obtention de crédits bancaires, ainsi que l’acquittement des redevances à travers des mesures fiscales et parafiscales.

Versement de subventions

Des subventions directes seront accordées aux entreprises pour couvrir une partie des dépenses liées à la perte de chiffre d’affaire en contexte de crise sanitaire.

Soutien aux opérateurs des transports

Le secteur des transports et de la distribution n’est pas en reste. Les opérateurs de transport pourront bénéficier du compte « Fonds de développement des transports collectifs » et d’une libération immédiate des dotations pour leur permettre d’assumer leurs charges financières.

Booster le tourisme

Le tourisme est probablement l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie. Il a donc été décidé de faciliter l’obtention des prêts bancaires pour les professionnels du secteurs, ainsi que de suspendre le versement des acomptes jusqu’à nouvel ordre.

Aides aux microentreprises

Une large portion du tissu économique algérien est constituée de micro-entreprise et de petits métiers. Leur apporter l’aide nécessaire et ces temps de crise est vital pour redynamiser l’économie algérienne. Dans ce sens, le rapport mentionne des allocations forfaitaires pour les transporteurs, les propriétaires de taxis et les artisans. Les artisans, partie intégrante du circuit touristique, vont également bénéficier d’une allocation de solidarité estimée à 20.000 dinars pour les artisans privés et à 15.000 dinars pour les aides-artisans. En plus de cela, les membres du conseil ont suggéré la création d’un Fonds d’aide, le report du paiement des factures de services publics d’eau et d’électricité et la possibilité de paiement par tranches pour les micro-entreprises en difficulté.

Aides aux travailleurs

Le salariat est l’une des charges les plus pesantes pour les PME algériennes en cette crise du Covid-19. Le gouvernement apporte son soutien au travailleurs et aux entreprises, notamment en accordant des congés sans solde aux entreprises en difficulté et en introduisant des subventions salariales et des mesures de protection sociale supplémentaires. Un salaire de base à tous les employés a également été discuté, ainsi que des aides aux personnes en chômage technique. Les charges sociales seront assurées par le Trésor assurera, auprès de la Casnos et de la Cnas.

Un plan de relance pour votre entreprise en Algérie

La pandémie du Covid-19 a éveillé l’attention des entreprises à d’autres manières de mener leurs activités : le télé-travail, la nécessité d’être réactif face aux aléas du marché et de mettre en place des politiques pro-actives sont autant de leçons désormais ancrées chez les entrepreneurs. Ces nouvelles approches ouvrent également à de nouveaux outils et à l’importance, désormais vitale, de la transformation numérique en Algérie. Des solutions telles que l’ERP, le CRM et la Business Intelligence peuvent vous aider à mieux appréhender un environnement économique turbulent et pourraient être un investissement durable dans votre croissance et votre pérennité.

Pégase, EXPERT de la transformation numérique, propose des solutions de gestion ERP (Divalto) ainsi que des solutions CRM (Divalto weavy) adaptées aux besoins des entreprises de différents secteurs (Industrie, commerce,immobilier, agroalimentaires, BTP, etc…). Nous avons accompagné plusieurs entreprises en Algérie, au Maroc, à la Réunion, en France et aux Caraïbes (Martinique et Guadeloupe) dans leurs projets de transformation numérique.

Notre équipe de consultants est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions, n’hésitez pas à nous contacter.